Caisse Centrale de la Sécurité Sociale Agricole | L’écoute et l’adaptabilité, facteurs indispensables pour une formation sur mesure et performante de l’organisation achats

Formation - Crop and co

Interview d’Annie Peltier-Froment
Responsable département achats

1. En quelques mots pouvez-vous me présenter votre entreprise et son activité ?

La CCMSA (Caisse Centrale de la Sécurité Sociale Agricole) est le régime de protection sociale du monde agricole, sous forme de guichet unique retraite, famille, santé. Elle regroupe plus de 17 000 employés dans toute la France, à la Caisse Centrale (Bobigny) ainsi que dans 35 caisses pluri-départementales et environ 240 agences de proximité. La CCMSA est indispensable pour 4 millions d’assurés sociaux.

 

2. Pouvez-vous également me décrire votre organisation achats : nombre d’acheteurs, principales familles d’achats, spécificités… ?

L’organisation, sous sa forme actuelle existe depuis septembre 2007. La CCMSA dispose d’une équipe d’acheteurs en charge notamment des achats nationaux.

Cette équipe est composée d’un responsable, de trois acheteurs ainsi que de trois fonctions de support (veille technique, juridique et économique, billetterie voyages, reporting).

Chaque caisse pluri-départementale dispose d’un acheteur, le plus souvent en charge également de l’immobilier et des services généraux. L’acheteur local s’occupe des achats locaux et de la déclinaison des marchés nationaux, qu’ils soient passés par la CCMSA ou par l’UCANSS, l’Union des Caisses Nationales de SécuritéSociale).

Les familles d’achats les plus significatives de la MSA sont :

• L’immobilier, (la CCMSA est propriétaire de la quasi-totalité de son parc immobilier) qui regroupe les travaux neufs, l’entretien, les mises aux normes ou encore l’accessibilité, l’isolation thermique…

• Les prestations de services : conseil, ménage, restauration, intérim, informatique…

• Les fournitures ; consommables divers, flotte automobile, matériel informatique, mobilier…

La MSA étant un réseau mutualiste, il a été plus compliqué et plus long de réaliser la mutualisation des achats que dans une entreprise privée. Cependant l’organisation Achats centrale est montée en charge progressivement depuis 2007, avec un périmètre d’action et des responsabilités sans cesse accrus.

 

3. Quel est votre parcours au sein de l’organisation ? Ou bien avant votre arrivée ? 

Auparavant dans le privé au sein de l’entreprise ERIDANIA BEGHIN-SAY, je m’occupais des achats nationaux voire internationaux pour certains dossiers, de services et transports industriels d’approvisionnement. Je suis ensuite arrivée à la CCMSA en 2003, dans le but de bâtir la politique nationale pour des achats centralisés. Dans l’attente de la mise en place de cette politique, j’avais en charge les services généraux et les achats de la Caisse Centrale.

Par la suite, en charge uniquement des achats, je représentais la MSA au sein de l’UCANSS, et avais la charge de :

• L’animation du réseau des acheteurs locaux

• Les achats de la Caisse Centrale et les achats nationaux

• Le développement des achats durables

• La professionnalisation des acheteurs notamment au travers de cursus de formation ad hoc en lien avec les marchés publics

 

4. Quelle est votre vision des achats aujourd’hui ? Et les besoins à venir qui en découlent pour votre organisation selon vous ?

Il reste encore beaucoup à faire aujourd’hui. Tout d’abord, pour améliorer la visibilité des achats en interne (la cartographie des métiers ne fait pas mention des acheteurs, les achats ne sont pas encore entièrement centralisés…)

La COG (Convention d’Objectifs et de Gestion) passée entre la MSA et ses 3 ministères de tutelle, impose des achats plus performants, notamment sur le plan économique et au travers de mutualisations avec le Régime Général, alors qu’en même temps les effectifs se réduisent. La COG met davantage la fonction achat en valeur mais le processus est lent.

La MSA pâtit également d’un manque d’ERP (Progiciel de gestion intégré) prenant en charge les marchés et les achats.

De plus, il est nécessaire pour l’organisation de continuer à parfaire le niveau de formation des équipes achat (les acheteurs étant le plus souvent issus historiquement des services généraux), même si aujourd’hui elle dispose majoritairement de personnes compétentes.

 

5. Quels sont vos challenges pour 2017 ?

Depuis 2000, la Caisse Centrale était locataire d’où elle était implantée et où travaillaient environ 900 personnes. En septembre 2017, elle a emménagé dans un bâtiment qu’elle a fait construire. Par conséquent, l’équipe Achats a davantage été axée sur ce grand projet que sur son rôle de tête de réseau et a moins travaillé sur la politique nationale.

 

6.  Comment avez-vous connu Crop and co ?

J’ai connu Crop and co lors d’une conférence sur les achats à Lyon dont Michel Madar était l’un des intervenants. Par la suite, la CCMSA a rédigé un cahier des charges pour choisir une entreprise de formation certifiante Achats, et cette consultation a été remportée par Crop and co.

 

7.  Que réalise Crop and co pour votre organisation ? Comment vous aident-ils ?

Ils ont, dans un premier temps, réalisé une formation certifiante pour l’équipe des acheteurs de la CCMSA, puis Crop and co a déployé cette formation au niveau local. Par la suite, Crop and co a enrichi la formation offerte aux acheteurs en fonction des besoins spécifiques de certains et des évolutions réglementaires, notamment pour les achats de travaux, les achats durables, le coût complet.. grâce à des modules complémentaires.

 

8.  Avez-vous quelques mots pour les caractériser, ou bien exprimer la prestation réalisée par Crop and co pour vous ?

Crop and co fait preuve de beaucoup de souplesse, et de qualité d’échange. Nous avons d’excellents retours, d’une part, des acheteurs qui voient augmenter leurs compétences, d’autre part au-travers de la réalisation d’achats qui allient performances économiques et qualitatives, ce qui n’échappe pas aux Directions des diverses Caisses. Même si la prise de conscience de la dimension réelle du métier n’est encore que partielle, Crop and co, a grandement contribué à faire évoluer la fonction Achats..

 

9.  Souhaitez-vous ajouter quelque chose sur Crop and co ?

Après avoir testé plusieurs formations, nous sommes convaincus de la réelle valeur ajoutée de Crop and co.

Je les recommande vraiment, car ils cherchent toujours à adapter et à faire progresser nos collaborateurs, n’offrent pas « la même formation pour tous », et parviennent à faire prendre conscience à chaque acheteur ayant suivi leurs formations que le Code des marchés publics est un outil – et non uniquement une contrainte – pour réaliser des achats performants. De ceci tout particulièrement, je les remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *